EN / FR
Hoël Duret
 
expositions
bio
 
La Vie Héroïque de B.S. : Un opéra en 3 actes, 2013 - 2015
infos


La Vie Héroïque de B.S. - Un opéra en 3 actes, 2013 - 2015, vidéo HD sonore, 45’08’’, extrait vidéo © Hoël Duret 2015

La Vie Héroïque de B.S. est un opéra vidéo en trois actes. À la fois narratif et critique, il met en scène le parcours d’investigation d’un personnage omniscient appelé B.S.. Designer industriel conscient des enjeux de son époque, il porte un regard analytique sur les expériences fonctionnalistes du XXème siècle, des avant-gardes modernes aux fondements esthétiques de l'American Way of Life en passant par les utopies Do It Yourself. Ses certitudes héritées de l’esthétique rationnelle et antinaturelle symptomatiques de la pensée moderne, son assurance et son chronique manque de recul sur ses objets d’étude en font un personnage maladroit et bonimenteur dont l’esprit conquérant confine parfois au pathétique.

Le premier acte, - La Vie Héroïque de B.S. : As a tribute…, 2013 - joue des formes innovantes du XXe siècle dans une installation tentaculaire présentée au FRAC des Pays de la Loire et qui servira de fond de scène au premier opus de l'opéra. Le personnage fictionnel B.S., passionné et fasciné par ces formes emblématiques, se lance dans la folle entreprise de réussir une synthèse opérante de celles-ci. Comme un Facteur Cheval un peu loufoque au pays du design, B.S. marie tant bien que mal les recettes des Marcel Bauer, Mies van der Rohe, Eileen Gray, des époux Eames ou encore Enzo Mari et saupoudre ses mets des ingrédients typiques du siècle dernier, du plan de travail en Formica à la chaise longue tubulaire en passant par la caisse de marché en plastique. Tourné comme tel, l'acte I renoue avec une histoire de l’archive filmique très utilisée dans la seconde moitié du XXème siècle pour louer le génie d’une époque.
Dans l'acte II, - La Vie Héroïque de B.S. : Le dilemme de l'oeuf, 2014 - tourné à Mosquito Coast Factory, B.S. reçoit la commande folle de redessiner un œuf de poule de façon à en optimiser le conditionnement et le transport. Il se retrouve alors à devoir contredire les lois de la nature en tentant de parfaire une forme idéale. L’enchaînement des scènes, quelque part entre les réclames industrielles d’après-guerre, les magazines télévisuels de vulgarisation scientifique et les Aventures de Tintin, illustre ses multiples tentatives pour parvenir à un impossible résultat.

Mais c'est dans le dernier acte, - La Vie Héroïque de B.S. : Les sirènes de Corinthe, 2014 - que se dévoile de façon explicite l'enjeu jusqu'ici sous-entendu de ce projet. Ayant définitivement perdu ses certitudes modernes sur l’usage et la provenance des formes, B.S., devenu mystique, s'embarque dans un voyage initiatique en Grèce pour comprendre les conditions d’apparition et de conceptualisation d’une forme manufacturée première : la colonne dorique. Comment dans cette région aride, de pierre et de poussière, a-t-on pu conceptualiser une forme aussi pure ? Errant dans ces paysages désertiques, la folie et le mysticisme le gagnent. Il délaisse définitivement les outils techniques et la rigueur de l’ingénierie de la production industrielle des formes pour désormais travailler seul avec ce qu’il trouve sur place. Se lançant désespérément dans l’expérience de la sculpture, pensant que ce contexte lui sera propice et que lui apparaîtra la vérité transcendantale et universelle de toute forme. Ce troisième et dernier acte, filmé à la Zoo Galerie dans un décor de désert suit les tentatives ridicules de sculpture de B.S. et parachève l'opéra à la façon d'un film psychédélique expérimental.

Travaillant les expositions comme des plateaux de tournage pour ce projet, Hoël Duret déploie d'étranges scénographies qui dans leur facture annoncent déjà la faillite de la pensée moderniste fascinée de son personnage de fiction. Autant de pièces dont le statut devient ambigu, entre design et bricolage, simples éléments de scénographie ou bien pièces en soi, - La Vie Héroïque de B.S. - Un opéra en trois actes - trouble le statut des éléments qui le composent, des pièces aux vidéos extrêmement produites et référencées dans leur production jusqu'au principe même de l'opéra dont on comprend que la simple forme classique devient ici un terrain de jeu.



L'acte I - La Vie Héroïque de B.S. : As a tribute..., 2013 - présenté au FRAC des Pays de la Loire est un inventaire de formes. B.S. tente de faire la synthèse d'un siècle de création industrielle et technique dans une construction tentaculaire mais sa démonstration dandyesque trouve dans sa précarité, et bien malgré lui, des allures de Palais Idéal. L’installation composite réunit formes et matériaux du design de l’après-guerre à nos jours dans un exercice-type des architectes modernes, celui du Pavillon à l’instar des Eames ou de Le Corbusier. S’y déploient différents objets, techniques et matériaux emblématiques de créations identifiées, de la Farnsworth House de Mies van der Rohe, les empiètements d’Autoprogettazione d’Enzo Mari, les motifs décoratifs du Craft Movement américain de l’après-guerre, les paravents d’Eileen Grey, les dessins de Josef Albers ou encore les reliefs de façade de Marcel Breuer...

Ce collage référentiel forme un environnement domestique dont la pléthore d’influences souligne bien plus la précarité et le pathétisme que l’efficience technique que chacun des éléments est supposé porter.



Dans l’acte II - La Vie Héroïque de B.S. : Le dilemme de l’oeuf, 2014 - B.S. reçoit la commande ridicule d’un consortium de redessiner un œuf de poule de façon à en optimiser le conditionnement et le transport pour une commercialisation sans perte à grande échelle. Il se trouve alors face à un dilemme fondateur car l'oeuf de poule est une forme parfaite, aboutie et pourtant complètement naturelle. La commande qui est faite à B.S. revient, en somme, à contredire les lois de la nature contre toute logique : parfaire une forme parfaite. Porté par son aplomb de designer industriel, B.S. relève le défi, persuadé que toute forme naturelle peut nécessairement être optimisée par les lois de la technique.
L'atelier de B.S. se met alors au travail et multiplie les expériences et remodelages scientifiques sans parvenir à aucun résultat probant. Leurs échecs répétés et leur obstination vont peu à peu détruire le système référentiel formel de B.S. qui constitue les fondations de ses certitudes et l’entraîner vers la folie.



L’acte III - La Vie Héroïque de B.S. : Les sirènes de Corinthe 2015 - retrouve B.S. ayant définitivement perdu ses certitudes modernes sur l’usage et la provenance des formes. Devenu mystique, il s'embarque dans un voyage initiatique en Grèce pour comprendre les conditions d’apparition et de conceptualisation d’une forme manufacturée première : la colonne dorique. Comment dans cette région aride, de pierre et de poussière, a-t-on pu conceptualiser une forme aussi pure ?
Errant dans ces paysages désertiques, la folie et le mysticisme le gagnent. Il délaisse définitivement les outils techniques et la rigueur de l’ingénierie de la production industrielle des formes pour désormais travailler seul avec ce qu’il trouve sur place. Se lançant alors désespérément dans l’expérience de la sculpture, il pense que ce contexte lui sera propice et que lui apparaîtra enfin la vérité transcendantale et universelle de toute forme.